Les chapeaux et coiffes au fil du temps

Les chapeaux et coiffes au fil du temps


                                                                       Scène 19e

Avoir la tête couverte est aussi important pour l'aspect pratique que pour l'aspect esthétique. Cela l'a d'ailleurs été de tout temps. Chapeau, coiffe ou couronne, les couvre-chefs sont variés et nous viennent de l'Antiquité voire avant.

 

Un accessoire pour filles et pour garçons

 

Le couvre-chef est un élégant accessoire de mode féminin tout autant que masculin. Il a traversé les siècles sous des formes variées. On trouve, par exemple, la coiffe, le casque, le chapeau, la couronne, le bonnet ou le chaperon. Il a longtemps été réservé aux hommes, alors que les femmes se couvraient de voiles.

 

Il est fabriqué dans différents matériaux, tels que la paille, le feutre, le cuir, la laine ou le coton et la soie. Il est fabriqué de façon artisanale, d'abord. Ensuite sa production est devenue industrielle dès le XVIIe siècle. De nos jours, il a sa place dans les rayons de prêt-à-porter de nos magasins.

 

On le recherche pour le confort, été comme hiver. Il sert aussi pour compléter une tenue de cérémonie. Sans vouloir imiter Sa Majesté Elizabeth II, qui en aurait arboré plus de 5.000 en 60 ans de règne, on ne rechigne pas à porter le chapeau. Cet accessoire plutôt fun est d'ailleurs tendance pour les deux sexes.


                Strasbourgeoise

                     La belle strasbourgeoise de Nicolas de Largillière - 18ème



Le chapeau, comme symbole de ralliement à un groupe


Marqueur social et identitaire, le chapeau permet d'affirmer son appartenance à un groupe. Ainsi, au Moyen-Âge, la coiffe variait selon le rang de la personne et sa profession.

 

Les peintres de la cour représentent le roi couvert d'un chapeau ou de sa couronne. C'est ainsi que Jean Clouet dresse le portrait de François 1er. Il porte un élégant béret à plumes orné d'une enseigne de pierres précieuses ce qui souligne le caractère royal du personnage.


                                              Francois 1er

 

La coiffe bretonne fut créée à la fin du Xe siècle. Elle constitue un exemple pertinent d'accessoire spécifique à une paroisse qui correspondait au rang de la personne. Ainsi, les paysannes de Pont-Aven, représentées par Paul Gauguin en 1888 dans la Ronde des petites Bretonnes, portent la coiffe campagnarde du village.

 

C'est un symbole communautaire chez les rastas. Ces derniers couvrent leurs dreadlocks de ces bonnets crochetés aux couleurs vives. Le couvre-chef devient un instrument de revendication fière et digne. Dans les loges maçonniques, les maîtres portent aussi le chapeau.

 

Et n’oublions pas la couronne. C'est le symbole reconnu à travers les âges et les pays de la suprême royauté. Elle est aussi bien posée sur la tête des rois et des empereurs que sur celles des jolies princesses.

 

 

Votre coffre est vide

Suivez nous sur