Les coiffures du 12ème au 14ème en Europe

Il semble que jusqu’au 13e, les seules coiffures en usage pour les femmes comme pour les hommes aient été les cercles, appelés aussi tressoirs ou frontaux,  réalisés en orfèvrerie, en galon ou encore en fleurs.

Le voile de tissu léger est long et retenu sur la tête à l’aide du cercle, d’épingles ou d’une couronne, ou encore drapé sur la gorge et rejeté sur l’épaule. Le voile est souvent coloré pendant l’époque Romane (An 1000 à 1140) disparaissant ensuite au seul profit du voile blanc. Du Roman au Gothique (1140 à 1200), les belles portent sous un voile transparent ou sans, deux longues tresses parfois entrelacées de rubans qui pendent sur le devant du corps.

 

A partir du 12e, apparaît la mentonnière, bande de tissu fin qui passe sous le menton et se croise au dessus de la tête. Le voile est ensuite posé sur la tête et maintenu à l’aide du cercle.

 

A partir du 13e, les hommes commencent à porter la cale, petite coiffe de toile fine attachée sous le menton, qui se mettait seule ou sous un bonnet ou un chapeau. Elle se porte très souvent, dehors comme à la maison. Cette calle s’appelait coiffe lorsqu’elle était sans bride.

Les hommes portent  aussi des bonnets et de toute forme (ex : la calotte)

 

Le terme couvre-chef s’appliquait à la coiffure en général mais aussi au turban qu’on portait la nuit ou encore au tissu léger dont les femmes couvraient leurs cheveux de diverses façons.

 

C’est vers la fin du XIIe que le chaperon (voir accessoire Robin) voit le jour. Composé d’un capuchon attaché à une sorte de camail, il fut utilisé par les hommes (camail fermé) et par les femmes (camail ouvert et flottant sur les épaules). Il ressemble finalement à une cape très courte à capuchon, à une cagoule à bout pointu recouvrant les épaules et qui protège de la pluie et du froid. C’est au cours du 13e, que le chaperon va se transformer d’un vêtement très pratique en accessoire de mode. Cette coiffure va jouer dans le costume du siècle suivant un très grand rôle.

 

C’est dans la coiffure que la mode féminine de l’époque gothique (1200-1340) s’exprime le plus. Les jeunes filles, mais aussi les jeunes femmes portent  les cheveux longs sur les épaules et de préférence bouclés.

Les chapels de fleurs, couronnes de fleurs fraiches ou de métal ouvragé, posé sur les cheveux ou sur un voile fin se portaient à la moindre occasion festive.

Le voile assez court continue d’être porté.

 

Le touret  est une coiffe très présente tout au long de cette période, chez les nobles dames comme chez les bourgeoises. Semblable à une boite ronde posée sur la tête et associé à la mentonnière (cf coiffe de Mahaut). Au dessous, les cheveux nattés sont retenus en un lourd chignon sur la nuque.coiffe 13eme siècle

Dans la seconde moitié du 13e, les cheveux sont souvent maintenus par une résille, un filet d’or, d’argent ou de perles tressées. La résille est fixée sur la tête par un cercle d’or ou de broderie. (cf coiffe de Clothilde)

 

La guimpe est au départ un chaperon de toile fine dont l’ouverture s’adapte à l’ovale du visage. Elle masque ainsi la gorge, le cou, voire le menton. Surtout portée par les veuves et les religieuses, elle pouvait aussi se porter pour aller à l’office et ainsi montrer son sérieux. La guimpe était le plus souvent complétée par un voile qui recouvrait la tête.

 

Sources :

-       Histoire du costume en Occident  - François Boucher (p145)

-       Mon costume médiéval – Claire Lhermey



 

Revenir à la liste
Catégorie(s) :
Mot(s) clé(s) :

Laissez un commentaire

Saisie du commentaire

 

Votre coffre est vide

Suivez nous sur